Fête du miel de Narbonne le 4 novembre 2018

Troisième édition de la Fête du miel de Narbonne !

Fête du miel Narbonne

Fête du miel Narbonne

Le dimanche 4 novembre 2018, sous un soleil éclatant, s’est déroulée la troisième fête du miel de Narbonne. Cette manifestation a été organisée par le syndicat de l’Abeille de l’Aude en partenariat avec la ville de Narbonne.  Une douzaine de stands étaient installés sur la place de l’Hôtel de ville.

Les nombreux visiteurs ont pu assister aux animations proposées telles qu’extractions de miel, découverte de la biodiversité, espace pour les plus petits.  Les conférences portaient cette année sur la biodiversité et l’apithérapie.

 

Conférence fête du miel Narbonne

Conférence fête du miel Narbonne

Nous remercions :

  • les associations : la LPO, Arbre et Paysage 11, Arbre et paysage 32, et Jardinot le jardin du cheminot, pour leur  présence à nos côtés ;
  • les conférenciers Alain CANET et Lilian CEBOLLOS pour la qualité de leurs interventions ;
  • les partenaires : la ville de Narbonne et Apicop ;
  • ainsi que les bénévoles dans l’accompagnement de cette journée.

En souhaitant vous retrouver toujours plus nombreux lors des prochaines éditions, et que l’événement se pérennise.

RETOUR HAUT DE PAGE

RETOUR PAGE D’ACCUEIL

Aethina tumida, attention danger !

Aethina tumida, attention danger !

La suspicion d’Aethina tumida en France par des imports de reines en provenance d’Argentine, émise le 17 avril 2018, n’a pas été confirmée (précisions ici : http://agriculture.gouv.fr/parasite-des-abeilles-aethina-tumida-suspicion-non-confirmee). Il semblerait donc que le petit coléoptère de la ruche ne soit pas encore entré dans l’hexagone.

Larve Aethina tumida

Larve Aethina tumida

La dispersion naturelle du petit coléoptère est très lente : 250 km en plus de 100 ans selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Cependant, la menace est bien réelle et nous devons rester vigilants. Chaque détenteur de ruches doit rechercher les signes suivants : des œufs d’Aethina tumida dans des fissures de la ruche, des larves et des galeries suspectes dans les cadres, des petits coléoptères qui courent au fond de la ruche, du couvain mangé, une odeur de fermentation. L’infestation par Aethina tumida est une maladie réglementée dans l’Union Européenne et tout particulièrement en France. Toute suspicion et tout cas confirmé doivent être déclarés aux autorités sanitaires (DDecPP). Toutes les informations détaillées sur Aethina tumida ici : ANSES-Ft-Aethinatumida0415.

C’est l’importation d’essaims ou de reines qui constitue un risque majeur d’introduction d’Aethina tumida sur notre territoire, il est donc d’une importance extrême de respecter scrupuleusement la réglementation sur les importations. Son non-respect expose à des poursuites pénales.

Rappel sur la réglementation concernant l’import d’essaims d’abeilles et de reines :

1- Au sein de l’Union Européenne, il est possible d’importer des colonies d’abeilles ou des reines, en provenance de pays de la Communauté Européenne à conditions :

  • que celles-ci proviennent de zones qui ne font pas l’objet d’interdiction liée à la détection des dangers sanitaires suivants : loque américaine,
    Abeilles couvain cadre jambage

    Cadre de couvain sain

    Aethina tumida et acariens Tropilaelaps ;

  • que chaque lot soit accompagné d’un certificat sanitaire conforme (identique pour chaque pays de l’UE), signé par le vétérinaire ou l’inspecteur officiel. Le certificat doit être conservé précieusement, et l’acquisition doit être notée de façon détaillée dans le registre d’élevage (origine et destination(s)).

2- En ce qui concerne l’importation en provenance des pays Tiers (hors Union Européenne)

Pays tiers : voir les pays listés à l’annexe II, partie 1 du règlement (UE) de la Commission n°206/2010 sur : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex%3A32010R0206

  1. L’importation de colonies d’abeilles est interdite. Seules les importations de lots de reines d’abeilles et de lots de colonies de bourdons sont autorisées sous certaines conditions ;
  2. L’importation des reines est autorisée sous les conditions suivantes :
  • l’importateur doit prévenir la DDcsPP 1 mois avant la réception des reines et confirmer l’arrivée des lots, 48 h avant la livraison ;
  • les reines, à leur départ, doivent être placées dans des cagettes à reines individuelles accompagnées de 20 abeilles au maximum ;
  • les reines doivent être accompagnées du certificat sanitaire approprié en provenance du pays exportateur (modèle imposé par la commission européenne) et satisfaire aux exigences sanitaires qui y sont précisées ;
  • un contrôle documentaire et d’identité est effectué au poste d’inspection frontalier (PIF), qui délivre le document vétérinaire commun d’entrée (DVCE) à l’apiculteur qui le conservera précieusement ;
  • l’apiculteur importateur doit effectuer un contrôle à réception qui se déroule de la façon suivante :
  • Il effectue un examen visuel à l’ouverture du colis pour s’assurer qu’il n’y a aucun problème sanitaire dans les lots reçus et ce, dans un espace confiné afin d’éviter
    Aethina tumida adulte

    Aethina tumida adulte

    la dispersion dans l’environnement d’abeilles accompagnatrices, éventuelles sources de contaminations ;

  • Il effectue un ré-encagement des reines, chaque nouvelle cagette est étiquetée pour en assurer la traçabilité (N°DVCE, nom ou n° importateur, rucher destinataire) ;
  • Il effectue un envoi de l’ensemble du matériel qui a servi au transport (cagettes, emballages) et des abeilles qui accompagnaient les reines (abeilles tuées par congélation par ex.) à un laboratoire agréé pour les analyses sanitaires apicoles (voir la documentation ANSES sur l’analyse des cages à reines : ANSES_methode d-analyse des cage a reines) ;
  • Il assure la traçabilité des reines en marquant les ruches contenant une reine d’import et en conservant tout document attestant du mouvement des reines d’import (vente à d’autres apiculteurs) ; il complète son registre d’élevage.

La DDcsPP  est susceptible d’effectuer tout contrôle jugé utile dans le cadre de la prévention, de la surveillance de la lutte contre les dangers sanitaires concernant les apidés et en particulier, dans le cadre d’importations, des contrôles :

–> chez l’importateur :

  • physiques (à l’ouverture du colis et ré-encagement des reines, vérification du local de ré-encagement,…) ;
  • documentaires (DVCE, registre d’élevage, conformité des résultats d’analyses, …) ;

–> sur tous les sites où des reines issues de l’importation ont été introduites.

RETOUR HAUT DE PAGE

RETOUR PAGE D’ACCUEIL

Mortalité Des Abeilles info GDS

A l’attention des F.R.G.D.S. et G.D.S.

Bonjour,

Une étude épidémiologique des effets non intentionnels des produits biocides et antiparasitaires utilisés en élevage sur la santé des colonies d’abeilles vient d’être lancée. Elle fait suite aux phénomènes de surmortalités hivernales de colonies d’abeilles survenus dans les Pyrénées (départements de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales), l’hypothèse d’une intoxication par des médicaments antiparasitaires ou par des biocides utilisés en élevage ayant été avancée. Le ministre en charge de l’Agriculture, a demandé à l’ITSAP-Institut de l’abeille, en lien avec l’Anses, de proposer une étude permettant d’explorer l’effet de santé de ces produits sur les colonies d’abeilles.

Cette étude épidémiologique de type prospective, baptisée BAPESA, va être menée dans deux zones géographiques distinctes, toutes deux zones d’élevages (Ariège et plaine de la Crau). Elle sera coordonnée avec des représentants des parties prenantes (INRA, Anses, ADA France, GDS France et SNGTV). Dans chacune de ces deux zones, 80 colonies d’abeilles de même origine seront implantées et suivies du 1er juillet au 30 mars de l’année suivante, et ce pendant deux saisons successives (2015-2016 et 2016-2017). De plus, des enquêtes en élevage seront réalisées avec l’appui des GDS et GTV locaux pendant les deux années d’étude. L’objectif est d’évaluer l’exposition des colonies d’abeilles aux substances antiparasitaires et biocides et d’étudier les éventuels effets de santé associés.

Le compte-rendu final est attendu pour décembre 2017. Il est rappelé que tout apiculteur subissant des mortalités massives aiguës de colonies d’abeilles dans un de ses ruchers est fortement invité à se déclarer, le plus rapidement possible après constat, à la direction départementale en charge des services vétérinaires (DD(CS)PP) afin de bénéficier d’une enquête dans le cadre de la note de service DGAL/SDQPV/2014-899.

Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire,

Cordialement,

G.D.S. France

Aethina tumida décisions de préventions

UNAF

Pour information, le 12 décembre dernier la Commission européenne a publié une DÉCISION D’EXÉCUTION relative à certaines mesures de protection liées à la présence confirmée du petit coléoptère des ruches en Italie :

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1420561907555&uri=CELEX:32014D0909

Cette décision cadre officiellement les mesures que doit prendre l’Italie suite de la présence avérée, chez des abeilles mellifères (Apis mellifera), du petit coléoptère des ruches (Aethina tumida) au niveau des régions touchées, Calabre et Sicile.

Elle interdit notamment l’expédition des lots des marchandises suivantes à partir des zones mentionnées (c’est-à-dire la Calabre et la Sicile) vers d’autres zones de l’Union:

1- abeilles mellifères;

2- bourdons;

3- sous-produits apicoles non transformés;

4- équipement apicole;

5- miel en rayon destiné à la consommation humaine

UNAF communiqué de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE

Récolte de miel 2014 en baisse de 50 à 80%. : L’Union Nationale de l’Apiculture Française appelle le gouvernement à soutenir d’urgence les producteurs

 

Pire que les années 2012 et 2013 déjà extrêmement difficiles pour les apiculteurs français, la production nationale est cette année la plus faible de notre histoire. A l’exception de l’Ouest et de la Bretagne qui semblent quelque peu épargnés, dans toutes les régions de France et en particulier dans les grandes régions de production comme Provence Alpes Côte-d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon… les récoltes sont en baisse de 50 à 80%.

 

Aux intoxications récurrentes qui déciment le cheptel, viennent se surajouter cette année des conditions météorologiques catastrophiques pour les abeilles et l’activité apicole, d’autant qu’elles ont persisté tout au long du printemps et de l’été.

 

Face à cette situation exceptionnelle l’Union Nationale de l’Apiculture Française alerte les pouvoirs publics sur le drame que vivent de nombreuses exploitations apicoles confrontées à un manque de miel sans précédent qui met en très grand péril leur survie économique jusqu’à la prochaine saison et prive les consommateurs de miel de nos terroirs.

 

Au nom de la solidarité nationale, l’Union Nationale de l’Apiculture Française demande au ministre de l’Agriculture que soit mis en place sans tarder des mesures d’aides financières exceptionnelles. Il en va de la survie de la filière.

 

Le plan de développement durable de l’apiculture Française annoncé à grand renfort de communication par le ministre de l’Agriculture parait bien dérisoire et ne répond en aucune manière aux préoccupations urgentes des apiculteurs qui luttent pour leur survie.

 

Les apiculteurs français ne se satisferont en aucune manière de mesurettes dérisoires et insultantes comme en 2013 ni de simples déclarations d’intention…